Activité réservée à un public majeur et averti. Enfin bon, vous faites comme vous voulez, mais on vous aura prévenu…

Reconnaissons la vérité. La plupart des adultes (définis ici comme ayant plus de 21 ans), les célibataires, ceux qui n’ont pas d’enfants, ne dessinent pas. Bref, cette forme d’amusement est traitée comme pour le moins “pas trop tendance”. Cependant, elle est un formidable outil pédagogique, à condition d’être proposée aux VRAIS adultes. Les collégiens, même moustachus, peuvent se sentir outragés par une telle proposition.

D’accord, on démarre. Les outils nécessaires sont des feuilles de papier blanc format A4, éventuellement une feuille format A1, une boîte de crayons de couleur (plus que 5 couleurs de préférence) ou de feutres (la classe ultime !). Je propose trois applications, mais comme d’habitude, je laisse une grande marge de liberté à tous ceux qui veulent essayer autre chose. L’objectif général est d’adapter le dessin à ce qui se passe en classe en ce moment.

 

1. Dessinez votre ville (A2)

Venez en classe 15 minutes avant le cours. Si vous disposez d’une grande table, collez au millieu la grande feuille, pour que tous les participants puissent facilement y avoir accès. Attention, si vous n’avez pas de grande feuille, on peut très facilement la fabriquer à partir des A4 – que cela ne vous décourage pas, ça ne doit pas être très joli. S’il y a de petites tables dans votre classe, preparez de la place pour travailler par terre. Oui, comme à l’école maternelle !

Commencez le cours sans dire à quoi sert le papier. Moi, vu qu’avec mon groupe je venais d’introduire le vocabulaire de la ville, j’ai tout simplement révisé les mots. (Pour ça, je conseille la fiche de Maxime, parue sur ce blog il y a quelques mois)

Puis, donnez aux élèves les crayons / les feutres et la tâche à réaliser: “dessinez ensemble le plan du centre de la ville où l’on se trouve. Vous pouvez communiquer uniquement en français. C’est à vous de décider comment créer ce plan.”

Le rôle du prof est de fournir les éventuels outils linguistiques. Vous ne pouvez en aucun cas dire « mais ce n’est pas comme ça ! », ou « je ne reconnais pas ce rond point !». Cela doit être reglé entre les élèves.

Vous entendrez probablement les questions suivantes, qu’elles vous soient adressées ou qu’elles circulent entre les participants :

  • Quelle est l’échelle de cette carte ?
  • Que met-on au millieu ?
  • Le fleuve est à gauche ou à droite ?
  • On a déjà démoli ce bâtiment ?

La communication est naturelle et nécessaire, axée sur :

  • les prépositions du lieu
  • l’interrogation
  • le vocabulaire de la ville
  • l’opinion (“oh, je crois que ce bâiment est beaucoup plus joli sur notre carte qu’en réalité”)

Si c’est possible, affichez votre réalisation en classe. Les élèves peuvent prendre une photo de leur projet.

2. Dessinez votre grand-père

Si vous parlez de la famille, ou si vous abordez la thématique de la description physique (plus au moins détaillée), cette activité est pour vous.

Demandez tout d’abord aux élèves d’apporter en classe une photo d’un membre de leur famille, ou de leur meilleur ami. Il est interdit de montrer les photos à quiconque ou de dire qui elles représentent !

Au cours suivant, chaque élève, en s’appuyant sur la photo, dessine le portrait de la personne en question. Vous insistez sur le fait que cela ne doit pas être parfait, que vous accepterez chaque style. Les travaux terminés, ramassez-les et mélangez, ensuite distribuez aux étudiants au hasard. Chaque personne est censée décrire la personne représentée sur le dessin. Il doit aussi dire quel est le lien de parenté entre le modèle et un membre de la classe. Après avoir accompli cette tâche, il a le droit de voir la photo. Inutile de vous dire à quel point cela peut être drôle…

Vous travaillez donc :

  • le vocabulaire de la famille
  • la description physique

3. Dessinez votre pays (à partir de B1)

Cette activité est inspirée de l’oeuvre «Entropa» de David Cerny.

L’artiste, assez sarcastique, y a réprésenté, par exemple, la Bulgarie sous la forme de toilettes à la turque,  la France : drapée d’une banderole « GRÈVE ! », l’Italie : transformée en terrain de football sur lequel se tiennent neuf joueurs se masturbant chacun avec le ballon de football qu’ils tiennent dans leurs mains, et ainsi de suite.

Proposez aux élèves de dessiner la version sarcastique de leur pays, ses clichés, ses problèmes.

Permettez-leur de s’amuser avec les couleurs. Qu’ils soignent les détalis s’ils veulent. Pendant 10 minutes, ils sont artistes. L’oeuvre en main, ils doivent par la suite expliquer leurs intetions.

Vous travaillez :

  • l’expression de l’opinion
  • la description d’une oeuvre artistique

Et c’est le dessin en classe de FLE. Si vous « perdez » entre 10 et 20 minutes à faire dessiner vos élèves, vous gagnez leur concentration, un peu plus d’aisance, plus de spontanéité, plus de surprise. Ils vont retenir ce cours et probablement apprécier d’avantage le travail avec vous.

Et si en plus vous entendez la phrase « Je me sens comme à l’école primaire », vous pourrez vous féliciter d’avoir fait un bon travail. Les gens ont parfois besoin de ça.

N’hésitez pas à partager vos idées dans les commentaires et à nous parler de votre pratique du dessin en classe.

Retrouvez des activités encore plus complètes sur La Boutique FLE: des jeux, des fiches prêtes à l’emploi, des actes de paroles, des packs de conversation et bien plus encore…

Ewa Rdzanek

Je suis prof de FLE depuis 2002. Comme je m'ennuie vite, je cherche toujours à rompre la monotonie pendant les cours et j'espère encourager les profs à faire de même, pour plus de joie, de surprises et d'efficacité dans l'apprentissage.

Un mail par jour pour un mois d'inspiration FLE,

pour les fans des Zexperts, et ceux qui les découvrent.

Votre inscription a été prise en compte. A très vite :)