Aujourd’hui un article plus général sur nos pratiques de classe. D’ailleurs le titre est mal choisi car je vais vous présenter mon approche personnelle qui n’est ni la meilleure ni, sans doute, la pire mais juste celle qui me convient. Donc : comment J’utilise les listes de vocabulaire ?

Dans les manuels, en particulier aux niveaux B1 et +, on nous propose parfois des listes de mots interminables présentés sous la forme d’un gros pâté, sans aucune proposition pédagogique, ou presque. D’ailleurs nous vous en proposons aussi dans nos packs de conversation :).

Mais pourquoi faisons-nous ça si c’est si mal ? Parce que bien introduite, une liste de vocabulaire reste un outil synthétique et donc pratique et utile pour l’élève. De plus, beaucoup d’apprenants (en tous cas chez nous)  adoooooooooooorent les listes de vocabulaire. Donc, il faut savoir leur faire plaisir. Mais tout en proposant quelque chose qui apporte vraiment un bénéfice à leur apprentissage.

Dans cette article, je souhaite donc vous présenter quelques méthodes que j’utilise pour introduire ces listes  à partir du niveau B1. Et au lieu de vouloir faire l’intelligent, je vais vous parler de ma pratique réelle de classe, sans fioritures ni verbiage avec des activités plus originales que je suis fier de présenter (parce que ça fait du bien à mon égo ;) ..), mais aussi des activités très classiques voire certaines dont j’ai un peu honte mais que j’utilise par fainéantise ou par manque de temps…ou parce que, malgré tout , même si c’est pas glorieux et ne cadre pas avec les grands discours sur la pédagogie, ça marche et mes élèves sont contents.

Pour mieux illustrer mon propos, voici une liste issue d’un de nos packs de conversation le pack sur le thème de la santé.

Telecharger (PDF, 39KB)

Comme vous pouvez voir, cette liste est organisée en catégories. Le vocabulaire est riche et on peut considérer que la maîtrise en réception de sa totalité correspond au niveau B2 (enfin, tout ça est très subjectif…). On pourrait bien sûr avoir un niveau B2 avec beaucoup moins que ça en expression. faites d’ailleurs bien la différence quand vous bossez avec une liste : qu’est-ce que les apprenants doivent être capables d’utiliser en expression et en réception ? La différence est énorme, et la manière dont vous souhaiterez travailler aussi.

Voici différentes variantes pour exploiter en classe cette liste (ou n’importe quelle autre). Certaines variantes sont visibles dans le PDF ci-dessous.

Telecharger (PDF, 407KB)

 

1) La variante “je donne des titres”

Cette liste de vocabulaire, comme beaucoup d’autres, est organisée par catégories. Pourquoi ne pas laisser un espace vide à la place du nom des catégories (ou en utilisant du blanc et une photocopieuse) ? Vous trouverez un exemple de cette variante sur la page 1 du 2ème PDF.

Distribuez votre fiche et demandez ensuite aux élèves  de donner un nom à chaque partie. Cela les oblige à une compréhension globale (mais alors vraiment très globale, hein) du vocabulaire. Mais bon,  c’est quand même très fastoche. Notez que dans l’absolu, ce n’est pas tant le titre qui compte, que le fait de devoir manipuler la liste en étant un peu actif, et d’enchainer facilement sur une mise en commun autour de ce qui n’est pas connu.

2) La variante “je classe”

Vous trouverez cette variante sur la page 2 du 2ème PDF. Cette fois, j’ai supprimé quelques mots dans chaque catégorie et je demande aux apprenants de les placer aux bons endroits. Un peu plus intéressant que la variante 1, selon moi, car cela nécessite une compréhension précise de chacun de ces mots.

3) La variante “je crée ma liste, tout seul, comme un grand”

Vous trouverez cette variante sur la page 3 du 2ème PDF. On fait ici de la réactivation lexicale. Cette fois, j’ai supprimé tous les mots (ou presque, ils en restent pour servir d’exemples) et je n’ai gardé que les catégories. En fait, c’est presque une carte heuristique de vocabulaire. Les apprenants, seuls, vont chercher les mots qu’ils connaissent déjà. Puis, on fait une mise en commun pour partager le savoir mutuellement. La classe construit son savoir. C’est beau. Mais parfois on peu avoir de très mauvaises surprises (du genre : vos apprenants notent tout au plus 3 mots dans cette liste…).

En général, après la mise en commun, j’enrichis la liste avec les mots que je juge indispensables et qui n’ont été proposés par aucun élève.

Idée pour aller plus loin avec cette méthode : basez-vous sur la mécanique du jeu Unanimo.

4) La variante “je suis un professeur vicieux, gnark gnark”

Vous trouverez cette variante sur la page 4 du 2ème PDF. Et le corrigé en page 5.

Ici, vous leur donnez la fiche mais avec des erreurs dedans. Des mots placés dans les mauvaises catégories. A eux de bien les replacer.

J’aime beaucoup cette variante car elle nécessite une compréhension complète du vocabulaire de la fiche.

5) La variante “petits papiers”

Avec les mots de la liste de vocabulaire , faites des petits papiers. Repartissez-les équitablement entre tous vos élèves et demandez leur de les placer ensuite au centre de la table:

  • sur le côté gauche, pour les mots qu’ils connaissent déjà,
  • sur le côté droit, pour les mots qu’ils ne connaissent pas.

Ensuite, chaque apprenant doit regarder la liste de gauche et questionner les autres pour avoir une définition des mots qu’il ne connaît pas mais que d’autres connaissent.

Puis, questionnez l’ensemble de la la classe pour les mots de la liste de droite. Quand personne ne connait un mot, expliquez-le-leur.

Comme dans la variante 3), on fait une mise en commun du savoir. C’est cool, c’est beau car c’est du partage !!!

Néanmoins, cette variante nécessite d’avoir des apprenants actifs qui OSERONT demander quand ils ne connaissent pas un mot (car malheureusement certains apprenants n’osent pas, ils ont un peu honte et c’est bien dommage).

6) La variante “devinette”

Pour utiliser cette variante, vos élèves doivent connaître déjà une bonne partie du vocabulaire de liste.

Faites des petits papiers avec les mots de la liste puis mélangez-les dans une petite boîte. Chaque apprenant, à tour de rôle doit faire deviner aux autres des mots de la liste piochés au hasard dans un temps limité (1 minute 30 ou 2 minutes). Il peut, à tout moment, changer de mot en en piochant un autre et en remettant le mot actuel dans la boîte. Les mots devinés sont conservés par l’apprenant dont c’est le tour. Quand chaque apprenant a joué au moins une fois (ou deux, ou trois,…au choix), comptez le nombre de mots que chacun a fait deviner. Celui qui en a le plus est déclaré vainqueur.

Ensuite, vous pouvez analyser les mots restants (non devinés car trop durs ou nouveaux) avec la classe.

7) La variante “degré zéro de la pédagogie”

A utiliser quand vous manquez de temps ou que vous êtes épuisé par votre classe :).

Donnez la liste de vocabulaire à lire à la maison. Demandez-leur de souligner les mots qu’ils ne connaissent pas (ou mieux de chercher leur sens dans un dictionnaire). Faites une mise en commun pendant le cours suivant.

Bah oui , c’est bébête mais ça marche aussi. Et dans le fond, c’est aussi une forme de mise en œuvre de l’autonomie de l’apprenant.

8) La variante “en contexte”

Lisez la liste avec vos apprenants en leur posant des questions de conversation en rapport aux différents mots. Ex. pour notre liste sur la santé : Quand as-tu été malade pour la dernière fois? Quelles étaient tes symptômes? Comment se passe une consultation médicale dans ton pays?

Classique et banal mais parfois, hein…

Sinon, vraiment mieux. Vous préparez des questions de conversation qui permettent de brasser le vocabulaire de la liste (sans la distribuer au préalable). Vous apportez en contexte, c’est-à-dire quand vos élèves répondent oralement à vos questions, le vocabulaire dont ils ont besoin pour préciser leur propos. Vous donnez la liste à la fin du cours en rappel/synthèse.

Vachement mieux, non ? C’est d’ailleurs un peu le concept de nos cartes mentales de conversation (voir celle sur Noël ou sur le terrorisme), qui ne sont au fond que des listes de mots placés dans un cadre qui oblige à les manipuler.

9) La variante “je n’aime pas les listes”

Les listes, comme vous le savez, ça ne sert à rien et c’est trop scolaire:). Certains élèves fuiront votre salle de cours si vous leur en donnez. Ils ont gardés un très mauvais souvenir de l’école (où ils vivent mal, actuellement, leur scolarité). Avec eux, les listes seront contreproductives.

N’en donnez-pas!

Engagez la conversation sur le thème que vous souhaitez étudier, glissez subtilement des mots nouveaux que l’élève pourra attraper en vol pendant sa production orale. N’insistez pas trop mais répetez-les un peu plus tard dans la discussion. Vous pouvez bien sûr également utiliser le concept de la boite à mots.

Et surtout, j’insiste, au contraire de la variante 6), ne donnez jamais la liste de vocabulaire. L’élève est maître de son savoir, vous ne lui imposez pas d’apprendre une liste, forcément arbitraire, éloignée de la réalité de la pratique d’une langue…en somme, vaine ?
Et vous, comment utilisez-vous les listes de vocabulaire?

Retrouvez des activités encore plus complètes sur La Boutique FLE: des jeux, des fiches prêtes à l’emploi, des actes de paroles, des packs de conversation et bien plus encore…

 


Maxime Girard

Professeur de FLE à Varsovie, j’adore les jeux de société depuis tout petit et forcément, pendant mes cours, ça se ressent ! Mon credo c’est de faire parler un maximum les apprenants, même les petits niveaux, sur tous les sujets, les plus inhabituels aussi.

Un mail par jour pour un mois d'inspiration FLE,

pour les fans des Zexperts, et ceux qui les découvrent.

Votre inscription a été prise en compte. A très vite :)