Quand j’ai vu à la rentrée mon petit groupe B1, avec lequel je travaille depuis déjà trois ans et j’ai l’impression d’avoir déjà abordé tous les sujets, je leur ai demandé ce qu’ils voulaient revoir ou approfondir. La première réponse que j’ai eue, c’était : « Les mails ! On veut apprendre à écrire des mails ! »

Si je dois vous dire la vérité, pour moi, c’est un sujet pas très fascinant qui me rappelle l’époque où j’étais moi-même apprenante et où j’ai dû étudier la rédaction des lettres formelles ou informelles, c’était l’enfer (quel ennui !). Surtout parce qu’on écrivait à une personne qui n’existait que sur papier et qui ne nous répondrait jamais. La seule réponse, c’était la copie de ma lettre toute rayée par le stylo rouge de la prof. Expérience douloureuse.

Pour initier vos élèves à écrire des mails, vous n’avez qu’à leur écrire régulièrement et réellement et à réclamer qu’ils vous répondent. Vous pouvez le faire par mail ou sur Messenger, comme vous voulez, en prenant en compte que cela prend parfois pas mal de temps si vous voulez vraiment interagir et garder un œil sur leurs productions écrites, parce que tout cela se passe en dehors des cours. Les avantages d’une telle activité sont cependant claires : l’élève se trouve dans une vraie situation (parce que son prof lui demande quelque chose de concret ou lui pose une question), moins sécurisante qu’une activité cadrée réalisée en classe, qui lui donne enfin plus d’autonomie, car même s’il est devant son écran, il sent qu’il est obligé de répondre correctement à son professeur ! Du coup, il cherche bien évidemment sur Internet de bonnes formulations, il vérifie peut-être l’orthographe, il relit (j’espère) ce qu’il est sur le point d’envoyer. Si vous faites une telle action une ou deux fois par semestre, vous pouvez imprimer les réponses (en langage plus pédagogique : les productions écrites de vos apprenants) et les analyser en classe. Attention, en cas de grosses erreurs, prenez plutôt des extraits anonymes pour ne pas stigmatiser l’élève. Corrigez tous ensemble.

Il n’est pas bête de donner quand même un peu d’outils ou d’expressions toutes prêtes à utiliser dans les mails (voir le fichier à télécharger, page 2), mais l’essentiel est de leur donner un bon exemple en leur écrivant régulièrement et de manière naturelle. Ils vont apprendre sur le tas.

C’était une assez longue introduction plutôt vague.

Tout est dans la fiche ci-dessous.

Le boss du mail Zexperts

Cette séquence permettra à vos élèves B1 de débattre, de travailler le vocabulaire et d’inventer de nouvelles propositions. En plus de les inciter probablement à l’auto-observation (moi, j’ai beaucoup ri en lisant le texte de Merci Alfred !) et à l’écriture !

Si vous avez aimé cette activité, écrivez-moi un mail ;)