Une petite remarque avant de commencer : on n’est plus vraiment au niveau A0, maintenant. Petit à petit, les apprenants approchent d’un niveau A1. Je garde cependant le titre par commodité. Pour lire le récit des cours précédents, c’est par ici.

Cours 16 :

C’est le cours de la “tâche finale”. On avait commencé, on va finir. On commence donc, comme je leur avais demandé en devoirs, par associer chaque photo à chaque description de personne. Ils se sont plutôt bien préparés, ça valait le coup de leur mettre un peu la pression ;).

On passe pas mal de temps sur l’association des personnes, car je leur demande de justifier. On essaie de faire des phrases simples, mais complètes. Et ça ne marche pas trop mal. Faire cet exercice sans demander de justification serait peu intéressant. Je considère en effet qu’on rentre maintenant vraiment dans la période où les apprenants doivent essayer d’associer différents éléments connus pour créer du sens, en s’appuyant également sur les éléments présents dans l’activité.

J’avoue, dans ce genre d’exercice, avoir des difficultés avec les apprenants qui ont du mal. L’une des filles est assez larguée. J’ai l’impression qu’elle arrive à suivre ce qui se dit, mais faire une phrase, c’est autre chose. Malheureusement, je fais alors un peu le choix de ne pas trop l’asticoter, pour éviter les difficultés humiliantes. Mais du coup, ça ne l’aide probablement pas à rattraper son retard, car elle ouvre très peu la bouche. Si quelqu’un a des conseils sur l’attitude à adopter, je suis preneur.

Après ça, il s’agit d’associer les gens par groupes de 4, pour faire des tables de convives. (Si vous avez un nouveau Rond Point 1, c’est à la page 36). Il y a en somme peu d’indications sur ce qu’on doit faire. C’est un peu déroutant pour les apprenants, habitués à moins de liberté, mais en fait, du coup, ça a vraiment du sens. Et encore une fois, on n’a pas une bonne réponse, mais différentes solutions à des “problèmes”. Certains apprenants choisiront de classer les gens par centre d’intérêts, d’autres par langues parlées, par âges…

Pour commencer ce travail, je propose a chaque apprenant de réfléchir 5 minutes et de proposer une table de 4. Cela me permet du coup de vérifier qu’ils ont bien compris ce qu’il faut faire, de leur donner quelques outils (“avec”, “X et Y sont ensemble parce que”…) mais pas trop. Puis on vérifie une table, et il est déjà temps de s’arrêter.

Attention, dans ce genre d’activités, on peut être tenté de donner aux apprenants énormément d’outils lexicaux et syntaxiques complexes. Ils en sont d’ailleurs souvent demandeurs. C’est la traditionnelle question “Comment on dit… ?”. Avant de donner de tels outils, je recommande vivement de vous demander si les apprenants auront la possibilité de réutiliser ce que vous leur donnez dans les 5 prochains cours environ. Si ce n’est pas le cas, ne donnez pas l’outil, ça ne sert à rien en termes d’apprentissage. Sauf peut-être si vous avez des apprenants hyper studieux, et encore.

On termine juste par une petite activité que je fais de temps en temps, et qui fonctionne très bien à ce niveau : donner le maximum de mot commençant par une lettre. Cette fois, la lettre  A (Commencez toujours par les voyelles, il y a plus de mots). C’est une bonne surprise pour les apprenants qui s’aperçoivent qu’ils connaissent beaucoup plus de mots qu’ils ne le pensaient.

En devoirs, je leur donne une petite expression écrite qui consiste à me présenter les 4 tables de convives pour la tâche finale, avec de petites justifications. 2 personnes en profitent alors pour signaler qu’elles ne pourront pas venir. Du coup, je leur écris mon mail au tableau pour qu’elles puissent me renvoyer leurs devoirs par mail ;). Ça ricane un peu, mais comme je leur ai mis la pression au cours d’avant, les deux rédactions sont arrivées par mail le lendemain ;).

Cours 17 :

Pour ce cours, je fais un peu “bref”, désolé, question de temps ;). Cette fois, on fait un cours orienté “révisions”, où j’essaie de ne pas avancer. Au programme, plusieurs mini activités :

  • On commence par trouver le maximum de mots commençant par la lettre E
  • un peu de mathématiques avec un +7
  • un peu de conjugaison (avec envoi des apprenants au tableau), sur les verbes être, avoir et aimer (pour un verbe en ER)
  • A nouveau une activité où il faut réfléchir une minute et proposer le maximum de verbes connus.
  • Parmi ces verbes, je demande lesquels se conjuguent comme “aimer” (conjugaison ER régulière).
  • Puis, à partir de ces verbes, proposer le maximum de questions. Cela permettra de passer par la case “Quel”. (Cette activité a très bien marché.)

Après ça, on corrige les devoirs en discutant des tables qu’ils ont préparé, et en leur demandant des justifications. J’en profite pour vous glisser, à titre d’exemples, les deux productions qui me sont parvenues par mail.

Telecharger (PDF, 39KB)

Une petite remarque pas pédago, mais plutôt “pro”. Aujourd’hui, nous, profs sommes de plus en plus souvent des indépendants. Dans ce genre de contexte, je vous recommande de donner systématiquement votre adresse mail, voir une carte de visite, à vos apprenants. Certains vous recontacteront certainement un jour, où glisseront votre mail à un ami. Cela vous permettra de trouver de nouveaux clients. Soyez “trouvable” et “contactable” par tous ceux qui pourraient chercher un prof de FLE là où ils sont. C’est plus important qu’avoir une page FB pro ou même un site.

Enfin, pour les devoirs, je leur demande de préparer l’activité A p41 de Rond point, sur la fête de la musique. Quatre groupes de musique sont présentés, et il faut choisir celui qu’on préfère.

La suite au prochain numéro :) A bientôt, et merci d’avance pour les commentaires.


Benoit Villette

Je suis formateur FLE (Master FLE et PGCE) depuis plus de 10 ans. J’aime l’approche actionelle, l’humour en cours et la nouveauté.

Un mail par jour pour un mois d'inspiration FLE,

pour les fans des Zexperts, et ceux qui les découvrent.

Votre inscription a été prise en compte. A très vite :)