Donnez votre avis !

La contrefaçon est un fléau mondial et une activité criminelle. Mais, malgré sa mauvaise réputation, on peut utiliser son mécanisme pour enseigner le FLE. Je poursuis ici mes propositions autour d’une simulation globale pour le FOS, pour laquelle j’avais déjà écrit un article sur la création d’une Société à responsabilité (très) limitée.

Toutes les fiches nécessaires à la mise en place de cette activité (et beaucoup d’autres) sont disponibles en exclusivité sur La Boutique FLE.

 

Tout d’abord il faut aider les élèves à trouver l’inspiration.  Sur Internet, vous pouvez trouver une multitude de textes sur la contrefaçon, des textes qui comparent les originaux et les produits contrefaits, des protocoles de saisies des douanes et finalement des faits divers décrivant les contrefacteurs dotés de la plus grande créativité. Vous trouverez ici trois textes que vous pouvez utiliser pour aider les élèves à entrer en matière:

  1. Poussettes de contrefaçon
  2. Bracelets multicolores  
  3. Faux maillots

En utilisant ces textes, rajoutez les liens vers la source pour ne pas violer la propriété intellectuelle des auteurs ;)  Donnez les textes à lire à vos élèves et expliquez le vocabulaire nécessaire.

Demandez ensuite aux élèves de créer un concept de leur produit et de le dessiner (plier une feuille de papier A4 en deux, dessiner sur une moitié). S’ils bloquent (« mais quel produit ??? »), donnez-leur une liste des produits les plus contrefaits dans le monde :

          jouets pour enfants
          médicaments
          vêtements et chaussures de sport
          pièces de rechange automobiles
          produits de beauté et parfums
          accessoires de mode
          équipement électroménager
          téléphones portables
          boissons et produits alimentaires

En créant le produit il faut :

          nommer la marque et créer son « logo »
          rédiger un court slogan
          donner le prix
          bien marquer les traits caractéristiques (couleurs, formes, détails)
          indiquer en quoi c’est fait (si c’est possible)

Donner dix minutes pour effectuer cette tâche. Donner tout le vocabulaire nécessaire.

Une fois les produits conçus, les élèves échangent les feuilles. Ils deviennent maintenant des contrefacteurs qui :

          doivent créer un produit qui créera une confusion entre le produit original et celui contrefait
          gagner un maximum d’argent (en grattant sur du matériel p.ex.)

Mais attention, les contrefacteurs travaillent vite et n’ont pas beaucoup d’expérience : leurs produits sont donc de grossières imitations…

Les contrefacteurs ont de 5 à 10 minutes pour leur travail. Après ils rendent leurs œuvres aux créateurs des produits originaux. C’est la saisie ! Les auteurs des produits se rendent compte que quelqu’un a essayé de jouir de leur notoriété ! Ils analysent minutieusement la contrefaçon et expliquent pourquoi ils vont porter plainte au tribunal. Vous pouvez imposer des structures ou du vocabulaire qu’ils vont utiliser :

          la comparaison (« c’est plus moche »)
          la description détaillé d’un objet et de son fonctionnement (« mon robot émet de la musique classique tandis que celui-ci les tubes d’Enrique Iglesias » ; « le slip original MATREX est produit de soie de meilleure qualité, et MATRUX : en coton vulgaire »)
          les expressions pour protester (« c’est profondément scandaleux », « je suis bouleversé »)
          le vocabulaire juridique (« ce procédé me porte préjudice »)
          le vocabulaire des affaires (« nous avons subi une perte importante du chiffre d’affaires »)

L’arnaqueur les plus grossier et le moins prudent est condamné à une amende de 500 000 euros.

Amusez-vous bien !

Toutes les fiches nécessaires à la mise en place de cette activité (et beaucoup d’autres) sont disponibles en exclusivité sur La Boutique FLE.

Donnez votre avis !

Ewa Rdzanek

Je suis diplômée de philologie romane à l’Université de Varsovie, professeure de français avec plus de 10 ans d’expérience. Pour enseigner la langue de spécialité aux élèves de niveau avancé, j’ai créé trois programmes d’auteur : « Droit et affaires », « Les affaires revisitées », « Le français juridique cas par cas ». En développant ma réflexion sur les défis du travail de professeur, j’ai crée en 2011 la formation pour les profs « La créativité en cours de FLE », qui fournit les outils pratiques d’éveil créatif pour tous ceux qui veulent éviter le routine dans la transmission du savoir et dans les contacts avec leurs étudiants. Passionnée d’art, j’anime des ateliers de broderie tout en réalisant mes propres œuvres.

Pin It on Pinterest

Un mail par jour pour un mois d'inspiration FLE,

pour les fans des Zexperts, et ceux qui les découvrent.

Votre inscription a été prise en compte. A très vite :)