Cet article accompagne une vidéo d’Espace Formations FLE, un espace de formation continue pour profs de FLE animé par Les Zexperts FLE et l’Institut Français de Pologne.

Comment encourager la production écrite en classe ?

La production écrite

Idéalement, la production orale règne en cours de FLE, on fait parler nos apprenants tout le temps, ils communiquent pour fonctionner dans un groupe,  ils parlent pour effectuer des tâches ou ne serait-ce que pour “lire leurs réponses”. La production écrite est en revanche un peu négligée.

Plusieurs facteurs entrent en jeu : le manque de temps pour écrire en classe, le manque de « talent littéraire » constaté par les apprenants (ils disent qu’ils ne savent pas écrire même dans leur langue maternelle) ou tout simplement le manque de temps et d’envie d’écrire. 

Pourquoi faire écrire les apprenants ?

N’oublions pas que la production écrite est désormais extrêmement présente dans la vie quotidienne, quand on écrit des textos, communique sur les réseaux sociaux ou écrit des mails. J’ai l’impression parfois que l’hommo numericus communique plus souvent à l’écrit qu’à l’oral. C’est pourquoi, cette compétence est indispensable dès le niveau A1., probablement plus qu’il y a 20 ans.
De plus, c’est une activité qui mobilise beaucoup de savoirs et de savoir-faire : grammaire, d’orthographe, syntaxe, organisation du texte…
Et enfin, il ne faut pas oublier qu’écrire c’est tout simplement un beau geste qu’on peut faire pour le plaisir, si on veut rédiger un journal intime par exemple.

Les activités de production écrite ne sont donc pas une perte de temps, il faut les proposer
• pour montrer qu’écrire est important ;
• pour faire écrire plus souvent ;
• pour s’appuyer sur la collaboration entre apprenants (interactions écrites, corrections mutuelles) ;
• pour faire un point sur les compétences écrites ;
• pour proposer rapidement des remédiations ;
• pour varier les activités.

Comment faire écrire les apprenants ?

Nous sommes d’avis que pour encourager les apprenants à écrire, il faut, comme toujours, proposer des activités qui sont intéressantes et utiles. Demandez-leur d’écrire une carte postale, c’est sympa. Mais dans la vraie vie combien de nos apprenants va un jour écrire une carte postale en français ? Aucun ? C’est pourquoi, on va vous proposer une activité qui engage les nouvelles technologies, le milieu naturel des gens. C’est un bon moyen pour motiver les apprenants à rédiger parce que la situation de production peut être véritablement interactive.

L’activité WhatsApp

Cette activité peut être utilisée dès le niveau A2. Attention, pour la réaliser, tous les apprenants doivent avoir un smartphone et connaître cette application.

1. D’abord, le côté technique : notez les numéros de téléphone de tous les apprenants (ils doivent être d’accord !) et créez une conversation de groupe sur WhatsApp.
2. Ensuite, donnez-leur (sur WhatsApp) l’adresse du site de l’Office de Tourisme de Paris : https://www.parisinfo.com/
3. De même, (si vous le souhaitez) utilisez le groupe pour donner la consigne : naviguez sur le site et choisissez trois choses que vous souhaiteriez faire pendant une visite à Paris et essayez de trouver des personnes qui vont vous accompagner.
4. Vous pouvez leur donner le tableau ci-dessous à remplir. Il vous permettra de guider un peu le travail des apprenants et facilitera par la suite les interactions.

visite

5. Pour faire cette activité, ils peuvent soit écrire sur la discussion de groupe, soit entamer des discussions privées. C’est important de les laisser procéder comme ils le souhaitent, car cela correspond à ce qu’ils devront faire dans la réalité.
6. N’oubliez pas que durant cette activité, vous pouvez les aider, participer à la discussion pour la stimuler ou rester à distance.
7. Après leur avoir laissé le temps nécessaire, faites un tour de table pour demander à chacun les sorties qu’il a prévues. Vérifiez qu’il n’y a pas d’erreurs ou d’oublis dans les prises de rendez-vous.

Un article presse people

Une autre activité qui a pour but d’encourager les apprenants à écrire, c’est la rédaction d’un faux article presse people. C’est une activité peu réaliste, mais ludique et qui stimule la collaboration et la créativité des apprenants dès le niveau A2. Pour effectuer cette activité, imprimez la fiche avec les titres de presse que vous pouvez télécharger ci-dessous.
titre

1. Cherchez sur Internet des photos et des têtes de célébrités (Pensez à choisir des personnes ou des personnages qui sont populaires dans votre culture et qui peuvent être aussi amusants). Découpez-les et découpez aussi les titres de presse et placez-les en 3 piles sur la table. Une pile avec des têtes, une pile avec des photos en situation (en enlevant les visages) et une pile avec les titres.

2. Les apprenants travaillent par deux et ils vont écrire un article de presse people.
3. Ils collent une tête de célébrité sur la photo choisie et ils choisissent aussi un titre de presse.
4. Ensuite, ils imaginent et rédigent leur article de presse en s’appuyant sur tous ces éléments (titre et photos).
5. Pendant que les apprenants écrivent, vous pouvez bien sûr circuler pour proposer des accompagnements, mais vous pouvez aussi encourager les apprenants à s’entraider. Un moyen très simple : si un apprenant vous pose une question, ou si vous repérez une erreur, demandez au groupe ce qu’on pourrait écrire dans cette situation plutôt que d’apporter vous-même une remédiation. Ainsi, tout le monde sera engagé dans la production.
6. A la fin, vous pouvez ramasser les articles pour les corriger mais ce serait aussi très sympa si les apprenants les lisaient devant le groupe.

Et après ?

La production “achevée” n’annonce pas la fin du travail. Dans la production écrite, les retours constituent une partie importante de l’apprentissage voire plus importante que le processus de création.
Mais attention, donner des retours ne consiste pas à souligner les phrases incorrectes en rouge (je suggère de ne pas utiliser du tout cette couleur. Elle a des connotations très stigmatisantes. Choisissez un stylo vert, violet ou orange 😊). Le but des retours est d’améliorer le style et les compétences de l’apprenant. C’est aussi une information importante pour l’enseignant : quel est le niveau linguistique de l’apprenant et quelles sont ses lacunes. Grâce à la production écrite, l’enseignant voit beaucoup plus de choses qu’en corrigeant des exercices de grammaire ou qu’au cours de la production orale : il peut évaluer l’orthographe, la ponctuation, l’organisation textuelle, la cohérence du texte, etc. La correction ne concerne donc pas uniquement les aspects linguistiques.

Quelques conseils

  • surprenez les apprenants en utilisant différents supports physiques inspirants et en proposant des sujets qui ne sont pas classiques (des photos, des reproductions de tableaux, des figurines, des bandes dessinées, etc.)
  • utilisez les nouvelles technologies pour que la situation de production ressemble à celle de la vie quotidienne. Si vous êtes en contact électronique avec vos apprenants, exigez l’utilisation de la langue française dans cette communication. C’est aussi un bon exercice.
  • donnez des contraintes pour faciliter et concrétiser la tâche (un sujet précis, la forme, la longueur, on peut aussi déterminer des points grammaticaux, le lexique à utiliser, la fonction du texte – comparer, donner des conseils…).
  • soyez présent et à l’écoute pendant l’exécution de l’activité mais n’imposez pas votre avis ou vos idées.
  • n’oubliez jamais de donner un feedback. Rebondir sur la production des apprenants,  c’est crucial. 

N’hésitez pas à laisser, dans les commentaires, d’autres idées de production écrite. 

Bon cours  !