Quand mon quota journalier de consommation de chocolat augmente brusquement, je sais que l’automne est vraiment là. Et je sais que je vais bientôt, très bientôt avoir un coup de blues, et puis un autre, et puis un autre encore. Et comme je suis un être humain, ça m’intéresse de savoir si mes élèves ont le même problème. Et comment ils se débrouillent avec. Si je suis prof, c’est aussi parce que les gens m’intéressent. Et si je vous propose ce sujet, c’est parce que je trouve que parler des émotions est un des meilleurs moyens pour FAIRE VIVRE la langue française des apprenants. C’est aussi pour mon côté rebelle ;) : non, aujourd’hui je ne veux pas expliquer la grammaire ou faire un exercice de production écrite sur la ville (je n’ai rien contre les villes, mais ce n’est pas mon sujet préféré…).

Du coup, j’ai créé une activité bien solide, je crois. Elle vous permettra d’aborder un sujet pas évident de manière assez délicate, mais elle laisse de l’espace pour une conversation plus profonde. À vous de voir où sont vos limites, et aussi celles de vos étudiants.

Tenez, en janvier j’ai vu cette vidéo partagée mille fois sur les réseaux sociaux:

Elle m’a fait pleurer… de rire. Si ce n’est pas votre cas, ne parlez pas de la dépression avec vos étudiants. Ce n’est pas votre truc ;)

Vous pouvez aussi montrer cette vidéo avant d’aborder la fiche, pour voir un peu les réactions. Si ça ne vous inspire pas, passez tout de suite à la séquence pédagogique ci-dessous.

Telecharger (PDF, 349KB)

Si le fichier ne s’affiche pas correctement, vous le trouverez ici.

Pour la partie avec les dessins, soyez flexibles : vous pouvez donner un peu plus de temps si vous voyez que les élèves sont impliqués, par contre s’ils bloquent ou refusent, ne poussez pas. D’après mon expérience, la réussite de ce type d’activités dépend vraiment de beaucoup de facteurs. Il est important que vous restiez délicat et à l’écoute, comme la dépression saisonnière est un vrai problème pour beaucoup de personnes.

Menez la discussion selon la technique “PARLER DE” (brevetée par Benoît Villette ;)).

Dites-moi si le sujet vous a tenté et si oui, comment ça a marché. Je vous souhaite que cet automne soit rempli de feuilles dorées et beau comme… du Vivaldi.

 


Ewa Rdzanek

Je suis prof de FLE depuis 2002. Comme je m'ennuie vite, je cherche toujours à rompre la monotonie pendant les cours et j'espère encourager les profs à faire de même, pour plus de joie, de surprises et d'efficacité dans l'apprentissage.

Un mail par jour pour un mois d'inspiration FLE,

pour les fans des Zexperts, et ceux qui les découvrent.

Votre inscription a été prise en compte. A très vite :)