…comment bien commencer et bien terminer votre travail cette année.

Vous commencez le semestre. Oui, on connaît bien les charmes de la rentrée. On vient de changer de méthode, vous parcourez le manuel pour savoir si vous allez adorer ou pas, on vous a confié un niveau que vous n’avez jamais encore réalisé, vous aurez trois ou quatre étudiants en cours particuliers, chacun de niveau différent et, ce qui est évident, de personnalité différente. Vous passez des journées à inventer des activités pour le premier cours, vous faites votre planning, parfois vous ne dormez pas bien la nuit. Multipliez tout cela par trois et rajoutez des problèmes d’estomac si c’est votre première rentrée. Car la rentrée c’est non seulement un grand défi pour vous, c’est aussi la rencontre (similitude amusante). Et si vous connaissez plus au moins vos compétences et vos manières de travailler, les gens, votre public, sont toujours une énigme.

Moi, les gens m’intéressent. Leurs goûts, professions, culture générale, motivation. Je sais que je vais observer comment des personnes qui ne se connaissent pas deviennent un GROUPE lié par leur travail commun, le partage des opinions et des expériences. Bref, pendant quelques mois il va se passer des choses.

Pour bien démarrer le semestre, pendant le premier cours je pose toujours la même question, peu importe si je vois des personnes nouvelles ou si je reprends le travail avec “les anciens”.

“Pourquoi vous êtes ici?”

Cette question, pas du tout méchante, fait un petit (tout petit :) ) choc. Parfois les gens sont tellement étonnés qu’ils répondent très franchement (“Parce que ma femme m’a forcé”; “Parce que mon chef me le demande.”; “Parce que je suis femme au foyer et que je veux enfin faire quelque chose d’intéressant.”; “Je ne sais pas. Pour voir.”). N’oubliez jamais cette première réponse de vos élèves. Cela – ces petits clins d’œil que vous pourrez faire à cette motivation initiale- joue énormément sur leur motivation et sur votre possibilité de l’influencer (“Ton chef, il aurait adoré cette réplique !”).

Les étudiants ont besoin de pouvoir exprimer leurs besoins et vous, vous avez besoin d’être guidé pour les – n’ayons pas peur des mots – satisfaire. Pour cela,  j’ai créé cette petite grille que je distribue au début de chaque semestre ou année, qui me permet de savoir quoi faire et comment le faire avec chaque étudiant.

Telecharger (PDF, 34KB)

NB : ne distribuez pas cette fiche pendant le tout premier cours pour débutants. Une séquence qui permet de bien démarrer dans ce cas-là se trouve ici.

Comment procéder ?

Après la présentation de chaque personne et une brève présentation du programme, des méthodes d’évaluation  et de votre manière de travailler, distribuez la fiche “Début du semestre”.

Dites au étudiants que c’est une sorte d’enquête (ne dites pas “autoévaluation”) pour votre usage uniquement et que personne ne saura ce qu’ils ont écrit.

Cela vous permet:

– premièrement de créer dès le début une relation de confiance (il ne faut pas briser cette relation donc soyez discrets et tenez parole).

– deuxièmement, vous savez quelles sont les peurs de chaque élève, ses point forts et des trucs à lui qu’il adore. Utilisez cette connaissance, toujours discrètement, en cours. Confiez un rôle d’animateur de débat à celui qui adore discuter, et que celui qui adore la grammaire anime une correction du devoir. Pour déclencher une grande énergie, il faut parfois juste souffler et les résultats arrivent. En même temps, n’oubliez pas de défier vos étudiants et de les forcer (tout doucement) à faire exactement ce qu’ils détestent. Leur attitude est probablement provoquée par un manque de compétences.

– troisièmement, vous serez plus vigilants au sujet des points faibles déjà annoncés par l’élève. Est-il réaliste ou trop critique, ou pas assez critique par rapport à ses compétences?

– enfin, vous avez l’occasion de voir comment chaque élève écrit :)

A la fin du semestre, vous distribuez la fiche – surprise ! – de fin de semestre ! Si l’ambiance a pris dans le groupe, vous pouvez proposer de répondre au questions de vive voix, et de transformer cette activité en discussion. J’adore “les phrases cultes” dont toute la classe rit (toute la classe, je souligne, ne riez pas de fautes des autres…). Une fois on a eu dans notre boite à mots le nom “la moutarde”. Une des étudiantes était censée en donner la définition pour faire deviner le mot. Elle a dit: “C’est vert et ça sert à manger.” On a donc proposé kiwi, concombre, fromage pourri, pistaches… Enfin, elle nous a dévoilé le mot et quelqu’un a dit “A partir d’aujourd’hui, la moutarde est verte!”. C’est bien si à la fin de l’année ou du semestre vous pouvez vous asseoir ensemble et mener une discussion genre “Et tu te souviens de ce moment où…” Bien sur, ce n’est pas toujours réalisable. Mais souvent, oui. Et avec ces émotions positives, l’apprentissage s’avère beaucoup plus efficace.

Cette fiche vous permet de tirer des conclusions sur votre travail et de vous remettre en question si quelque chose a cloché ou si vous n’avez pas suscité suffisamment d’énergie au sein du groupe (je répète, ça ne doit pas dépendre uniquement de vous. Mais dans une partie des cas, ça en dépend).

Bon courage pour vos nouvelles rencontres de la rentrée.

Bizzzes!


Ewa Rdzanek

Je suis prof de FLE depuis 2002. Comme je m'ennuie vite, je cherche toujours à rompre la monotonie pendant les cours et j'espère encourager les profs à faire de même, pour plus de joie, de surprises et d'efficacité dans l'apprentissage.

Un mail par jour pour un mois d'inspiration FLE,

pour les fans des Zexperts, et ceux qui les découvrent.

Votre inscription a été prise en compte. A très vite :)