Récemment, une de mes apprenantes m’a demandé de préparer des exercices sur la négation. Je me suis dit que c’était un sujet tellement facile qu’on allait le faire en 7 minutes. Mais apparemment, ce n’est pas si simple que ça ! Avec les activités que je voudrais vous proposer aujourd’hui, on a travaillé pendant 50 minutes !

Déroulement de l’activité :

Imprimez la fiche ci-dessous.

negation1
  • Distribuez à chaque apprenant la page 1 avec un questionnaire qui ne contient que des phrases négatives.
  • Demandez aux apprenants de décider individuellement si chaque phrase est vraie ou fausse pour eux.
  • Ensuite, les apprenants doivent comparer leurs réponses avec celles des autres personnes du groupe. Pour ce faire, dites-leur de questionner leur partenaire pendant 1 minute (vous pouvez chronométrer cette activité avec un sablier) puis de changer de partenaire, de manière à parler avec plusieurs personnes. En se questionnant, les apprenants vont avoir besoin des structures « moi aussi » / « moi, non » / « moi non plus » / « moi, si ».  Vous pouvez les noter au tableau pour qu’ils puissent les voir en faisant cette activité. Si un apprenant trouve une personne avec qui il a un point commun, il note son prénom dans la dernière colonne.
  • La phase de questionnement finie, demandez à chaque apprenant quels sont ses points communs avec une autre personne du groupe.
  • Ensuite, analysez tous ensemble les structures de négation présentes dans le questionnaire. Vous pouvez les noter au tableau en expliquant leur signification : donnez plus d’exemples ou le contraire d’une négation (p. ex. ne… rien / quelque chose ; ne … plus / toujours, etc.)
  • Quand vous êtes sûr que les apprenants comprennent le principe des différentes formes de négation, passez à l’activité de la page 2. Découpez toutes les fiches et mettez-les sur la table face cachée. Chaque apprenant, à tour de rôle, pioche un petit papier et fait une supposition à propos d’une personne du groupe en créant une phrase négative avec les mots du papier. Encouragez les apprenants à ne pas utiliser la structure « ne… pas » qui est déjà bien connue.

P. ex. : TRAVAILLER : Je pense que X ne travaille jamais le soir. / Je pense que Y ne travaille plus.

Si la supposition est correcte, l’apprenant qui l’a faite garde ce petit papier. Si non, il le met à côté. Quand tous les petits papiers sont épuisés, l’apprenant qui en a le plus est déclaré vainqueur.

J’espère que grâce à ces activités, la négation ne posera plus jamais aucun problème à vos apprenants.

Bon cours !