Peut-on se soucier plus du bien-être humain qu’animal ?