Souvent, quand on écoute de la musique, on se dit “sympa”, “cool”, “pas mal”… Et parfois, un artiste nous laisse tout simplement bouche bée. Parfois, on tombe sur quelque chose dont on se dit que “c’est beau”. C’est juste “beau”. La beauté, c’est rare, et c’est précieux. Alors pour une fois, sur notre blog de rigolos du FLE, je vous propose de travailler avec un document que je trouve “beau”. Voilà. c’est mon avis et je le partage.

Document déclencheur

L’activité suivante est donc basée sur une chanson. Pour moi, c’est plutôt de la poésie chantée. L’artiste s’appelle Marina Poydenot, vous ne la connaissez sûrement pas, et vous avez tort, car elle vaut son poids de notes.

La chanson s’appelle “J’ai un oiseau”.

http://youtu.be/km1WK75ro9E

 

Que faire avec ?

Cette petite vidéo est un peu mon coup de cœur du web du moment. J’avais vraiment envie de vous la proposer ici. Du coup, bien obligé, il m’a fallu réfléchir à une exploitation pédagogique… Faire réfléchir les oiseaux sur la poésie ? Sur son sens ? Bof bof, ça ne m’inspirait pas. Et la solution est venue de Maxime, qui m’a proposé de faire écrire des strophes aux apprenants. Tilt. Voici donc ma proposition (tout à fait adaptable, selon vos apprenants).

Le concept est de donner le texte aux apprenants étape par étape, en leur proposant d’écrire la suite. Par exemple, je propose de donner le texte suivant :

J’ai un oiseau au fond de mon cœur

Qui chante même s’il pleure.

J’ai un oiseau.

J’ai …

On laisse aux apprenants quelques minutes pour proposer une autre strophe, qui commence donc par “j’ai”. Les apprenants présentent leurs propositions à la classe.

Puis, on donne le texte que l’auteur a écrit :

J’ai un oiseau au fond de mon cœur Qui chante même s’il pleure. J’ai un oiseau.

J’ai les toits de la ville, J’ai les rues, J’ai les murs qui brulent, Comme des joues d’enfants.

J’ai la lune et les étoiles, J’ai le jour et la nuit.

Mais je n’ai rien si…

Encore une fois, on propose aux apprenants de poursuivre le texte. Laissez les apprenants libres de la longueur, mais donnez une limite de temps, à mon avis. Puis les apprenants font leurs propositions à la classe, et on donne la suite du texte.

J’ai un oiseau au fond de mon cœur Qui chante même s’il pleure. J’ai un oiseau.

J’ai les toits de la ville, J’ai les rues, J’ai les murs qui brulent, Comme des joues d’enfants.

J’ai la lune et les étoiles, J’ai le jour et la nuit. Mais je n’ai rien si je n’ai pas toi. Je n’ai rien si je n’ai pas toi.

Sans toi, la lumière s’éteint. Sans toi la pluie n’est plus que larmes. Sans toi…

On refait encore une fois la même chose, et on finit par donner le texte complet, que vous pouvez télécharger ci-dessous. C’est à ce moment, et pas avant, que je propose de faire écouter la chanson.

Telecharger (PDF, 29KB)

 

Pour finir, vous pouvez bien sûr discutez un peu avec vos étudiants autour du “mais à qui s’adresse cette chanson ?” A condition, bien sûr, que vous ne le sachiez vous-même ;)

N’ayant pas actuellement de groupes avec lesquels tester cette activité, je vous la livre sans essai préalable. Vos retours, plus que jamais, sont donc les bienvenus dans les commentaires.
Si jamais vous êtes tombé amoureux de cette musique, c’est par ici pour acheter le CD ou pour le télécharger et écouter d’autres extraits.

Partagez la bonne nouvelle ;)

Retrouvez des activités encore plus complètes sur La Boutique FLE: des jeux, des fiches prêtes à l’emploi, des actes de paroles, des packs de conversation et bien plus encore…

 

 


Benoit Villette

Je suis formateur FLE (Master FLE et PGCE) depuis plus de 10 ans. J’aime l’approche actionelle, l’humour en cours et la nouveauté.

Un mail par jour pour un mois d'inspiration FLE,

pour les fans des Zexperts, et ceux qui les découvrent.

Votre inscription a été prise en compte. A très vite :)