Un petit secret pour vous les abonnés : parfois, nous avons des idées qui tombent à l’eau. Vous ne le direz pas aux autres, hein ? Par exemple, l’un de nous peut avoir une idée qu’il trouve géniale, et les autres disent “bof”. C’était le cas dernièrement, quand je cherchais à créer un jeu pour réviser la conjugaison. J’en ai réalisé plusieurs, dont la bataille intergalactique et le réviseur, qui sont arrivés par la suite dans La Boutique FLE. Mais un autre jeu avait reçu le “bof” fatal ;)

Ce jeu, que je vous présente ici et que j’avais nommé à l’époque “El conjugator” pour une raison qui m’échappe complètement aujourd’hui, s’était avéré très concluant lors de mes utilisations. Mais sa mécanique, très proche du morpion ou du puissance 4 ne pouvait pas justifier une mise en vente. Ceci dit, il n’en est pas moins pratique, facile à utiliser, et somme toute assez sympa. Du coup, après 4 mois d’oubli dans un coin de mon bureau, voilà, il est pour vous, c’est cadeau ;)

Comme je vous le disais, ce jeu a pour objectif de favoriser la révision de la conjugaison. Le concept est celui du morpion : si je conjugue un verbe correctement, je peux placer un jeton de ma couleur sur la case de ce verbe (dans la pratique, j’ai joué simplement en entourant les verbes). Le premier joueur qui aligne 4 pions gagne (soit la partie, soit un point et on continue à jouer jusqu’à ce qu’un joueur ait 5 points). On peut jouer à 2, 3 ou 4 joueurs (on jouera alors dans le sens des aiguilles d’une montre).

Propositions pour complexifier :

  1. Bien sûr, on peut choisir de jouer avec un temps précis (uniquement au futur antérieur, par exemple, ahahah).
  2. On peut proposer un barème pour les différents temps utilisés : verbe conjugué au présent = 1 pion posé, autre temps de l’indicatif = 2 pions posés, subjonctif = 3 pions posés (dans ce cas, on devra poser les pions sur des cases qui ne se touchent pas, et il faut augmenter le nombre de pions nécessaires pour gagner).
  3. On peut jouer à « la plus grande chaine » : on joue pendant 5 minutes. A la fin, le joueur qui a la plus longue chaine de pions gagne (attention, les diagonales ne fonctionnent pas dans ce cas). C’est du coup plus intéressant si on joue à 3 ou 4.
  4. Version avec des cartes (ma préférée, et finalement assez simple) : au départ, chaque joueur reçoit trois cartes, qu’il peut utiliser pour imposer des contraintes à un joueur adverse. Au début de son tour, le joueur peut (mais n’est pas obligé) donner une de ses cartes à l’un de ses adversaires (n’importe lequel). Celui-ci devra prendre en compte cette carte lors de son prochain tour, puis la carte sera défaussée.

Il y a sûrement plein d’autres possibilités. Vous trouverez dans le fichier ci-dessous un plateau de jeu (assez moche, j’assume, chacun sa spécialité. Si vous êtes graphiste et motivé, on publiera votre œuvre ici avec plaisir), et des cartes pour la version 4 proposée ci-dessus.

El-conjugator

Voilà, j’espère que ça vous sera utile. Ça fonctionne très bien en début ou en fin de cours pour se réchauffer ou se reposer un peu. Amusez-vous bien, et comme toujours les idées et les remarques sont les bienvenues !