Cet article accompagne une vidéo d’Espace Formations FLE, un espace de formation continue pour profs de FLE animé par Les Zexperts FLE et l’Institut Français de Pologne.

Comment faire parler les apprenants ? : la carte mentale de conversation

La carte mentale

La carte mentale, ou carte heuristique, est un outil visuel bien connu qui sert à organiser des idées en les présentant de manière schématique. Les informations qu’on y trouve sont présentées de manière relationnelle. Il y a toujours une certaine relation entre elles, ce n’est pas une simple énumération de mots et d’idées mais un réseau qui constitue une entité logique. Les cartes mentales sont utilisées dans différents domaines : le marketing, la gestion du temps, l’organisation du travail, l’apprentissage, etc. Nous souhaitons ici vous présenter une manière originale d’utiliser une carte mentale en classe de FLE qui ne servira pas à apprendre mais à faire parler les apprenants.

La carte mentale de conversation – comment l’utiliser ?

Notre ressource, que vous avez aperçue dans la vidéo, se compose de deux éléments : une carte mentale et une liste de mots (présentée sous deux formats différents).

L’idée générale est d’associer des mots et des amorces de phrases qui se trouvent sur la carte mentale. Dans l’exemple que pouvez voir dans la vidéo, les apprenants parlent du football. Dans les bulles, il y a cinq amorces de phrases, par exemple : Le football me plaît parce que…,  / Le football m’ennuie car…, / Le football est indispensable pour… Ensuite, l’apprenant regarde la liste de mots donnée par le professeur et les associe avec les amorces de phrases de manière à exprimer son opinion. Cette étape sera notre base pour proposer ensuite une interaction orale.

Bien sûr, vous pouvez demander aux apprenants de se préparer à la maison en leur distribuant à chacun une carte et une liste de mots et en leur demandant d’associer dix mots à des amorces de phrases en fonction de leurs opinions personnelles.

Les mots associés aux amorces, on peut passer à l’étape principale : l’interaction orale. On propose deux modes de travail : le travail en groupe et en binômes.

foot

 

Cliquez ci-dessous pour regarder l’intégralité de la « classe filmée » :

Le travail en groupe

La première proposition, c’est de travailler en groupe, tous ensemble. Imprimez votre carte au format A3 pour qu’elle soit bien visible pour tout le monde. Découpez les mots. Mettez la carte au centre de la table puis une série de 5 mots à côté. Démarrez la discussion en plaçant vous-même un mot sur la carte mentale et en expliquant votre classement et ensuite demandez aux apprenants, à tour de rôle, de faire la même chose. Pensez à replacer à chaque fois un mot dans la réserve de mots pour qu’il y en ait toujours 5 sur la table. Vous pouvez aussi, au lieu de proposer toujours 5 mots, en donner un et demander aux apprenants à quelle amorce, ils l’associeraient. C’est une occasion pour rebondir sur les énoncés faites par un apprenant en posant la question “Est-ce que vous êtes d’accord avec X ?”

Terminez l’activité quand vous le jugerez adéquat puis distribuez la liste de mots complète à chaque élève et faites un rappel avec eux des mots nouveaux appris durant l’activité.

Le travail par deux

La deuxième proposition, c’est de travailler par deux. Dans ce cas, chaque binôme reçoit une carte et deux listes de mots et vous leur proposez d’associer deux mots de la liste à chaque amorce de phrase. Pour le faire, il faut qu’ils se mettent d’accord. Notez bien qu’il n’est pas indispensable de tout classer. L’idée est donc de construire ensemble une carte mentale de vocabulaire tout en favorisant un dialogue et une réflexion collective. La carte mentale est donc un outil qui soutient les conversations. Cette trame de conversation peut constituer aussi une bonne base pour travailler les relations logiques tout en traçant des  liens entre les mots (liens de cause, de conséquence, d’oppositions…).

Quelques conseils

Quelques conseils pour que votre travail avec une carte mentale de conversation soit plus efficace :

  1. Il faut laisser une grande marge de liberté à vos apprenants. Évitez à tout prix de critiquer les opinions des apprenants, chaque réponse devrait être respectée. Si un apprenant veut s’exprimer librement, laissez-le faire.
  2. Laissez les apprenants commencer par les mots avec lesquels ils sont le plus à l’aise.
  3. Il faut être toujours très positif quand vos apprenants prennent la parole. Au niveau A1 ou A2, ils ont vraiment besoin d’être encouragés.
  4. Adaptez l’outil à votre groupe. Vous pouvez ajouter un document authentique (une vidéo, un article de presse, un dessin satirique…) qui constituera un document déclencheur ou bilan.
  5. N’hésitez pas à commencer par groupes de deux et à finir en grand groupe, ou l’inverse. Encouragez les interactions spontanées. N’oubliez pas que la carte est un outil au service de la conversation, rien de plus.
  6. Vous pouvez aussi renoncer à la liste mais cette option ne peut fonctionner qu’avec les niveaux plus avancés qui ont un répertoire lexical important. Rien ne vous limite !

Les avantages de la carte mentale de conversation

Pourquoi cet outil favorise-t-il la production orale ?

D’abord, son aspect visuel qui est très clair et transparent élimine la nécessité d’analyser de longues phrases avec de nouveaux mots. L’apprenant a devant ses yeux quelques mots-clés et quelques amorces, c’est tout.

De plus, cette méthode, de nouveau grâce à sa simplicité est plus motivante. L’apprenant n’a pas peur de tomber sur des éléments linguistiques qui dépassent ses compétences. Il peut se sentir à l’aise grâce au choix libre des idées clés. L’apprenant choisit ce qui est le plus parlant et le plus facile pour lui.

Ensuite, les apprenants parlent et en même temps, apprennent de nouveaux mots. Si on veut apprendre un mot, il faut l’utiliser, c’est la seule méthode. Avec la carte de conversation, les apprenants le font tout de suite.

De plus, la carte donne des idées. Si on pose la question “Qu’est-ce que vous aimez dans le football ?” / “Pourquoi le football est-il tellement intéressant ?”, les réponses des apprenants seront très limitées, parce que sans les idées et les pistes concrètes, ils ne seront pas capables de créer une phrase ou une opinion plus élaborée. Par contre, si on les guide en donnant cet outil, ils peuvent trouver des idées moins évidentes. (Quand on a fini de tourner la classe filmée qui est un peu plus haut, l’un des deux apprenants m’a dit : « c’est vraiment intéressant, cette carte, car ça me montre beaucoup d’éléments qui sont liés au football auxquels je n’avais pas pensé, et ça m’aide à réfléchir ».)

Enfin, c’est une forme de travail originale et innovante. N’oublions pas que plus nos méthodes de travail sont variées et originales, plus les apprenants apprennent facilement. Ils utilisent la langue dans différents contextes qui ressemblent à de vraies situations communicationnelles.   

Maintenant, vous savez comment la carte de conversation fonctionne, quels sont ses points positifs, il ne vous reste que la tester en cours. Bon courage !

Pour trouver plus de cartes mentales de conversations pour le niveau A2 sur le blog :

Et sur la Boutique FLE :